B o s s u

Le fichier Bossu

Depuis le milieu du XXe siècle, de nombreux chercheurs, pour compléter leurs recherches historiques, se sont intéressés à la problématique de la vérification de l'appartenance maçonnique de tel ou tel personnage. Pour se faire, certains chercheurs ont effecté des dépouillements d'archives et ont fini par constituer des listes centralisées de membres.

Citons, en premier lieu, le pionnier en la matière : Alain Le Bihan, qui a passé au peigne fin les archives des loges parisiennes du Grand Orient et publié un inventaire remarquable sur Les Francs-Maçons parisiens du Grand Orient de France – fin du XVIIIe siècle (Édition de la Bibliothèque Nationale, Paris, 1966).

Après ce premier fichier centré sur la ville parisienne, de nombreuses autres études régionales nacquirent. Johel Coutura proposa en 1988 Les francs-maçons de Bordeaux au 18e siècle. Dix ans plus tard, Éric Saunier publia sa thèse Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6000 francs-maçons de 1740 à 1830 (1998). La même année, nous notons Jean Crouzet : Loges et francs-maçons Côte basque et Bas-Adour 1740-1940 (1998). Les maçons rennais furent étudiés par Daniel Kerjan, qui en propose une liste en annexe de son étude Rennes : les francs-maçons du Grand Orient de France : 1748-1998 : 250 ans dans la ville (2005). Enfin, Aimé Imbert, en 2005, s'intéressa aux frères lyonnais dans Les Loges maçonniques lyonnaises au XVIIIe siècle (2013).

Mais, incontestablement, le plus gros fichier réalisé fut conçu par Jean Bossu, dans les années 1960-1970. A sa mort, Jean Bossu a légué ce fichier à la Bibliothèque nationale de France, où il est conservé depuis 1987, au sein du Fonds maçonnique du Département des manuscrits.

Fruit d'un long travail de recensement, le "fichier Bossu" comporte 165 896 fiches sur les maçons français, sur une période allant globalement de 1780 à 1850. Se basant sur des archives, des articles de revues régionalistes ou encore des publications savantes, chaque fiche retrace la carrière maçonnique de frères célèbres ou inconnus au gré des recherches de Jean Bossu.

Ce fichier est clairement devenu une mine d'or pour les chercheurs en histoire moderne et contemporaine, qui ont besoin de prouver une appartenance maçonnique d'un personnage.

A la suite d'une campagne de numérisation, ce fichier a été rendu accessible et consultable en ligne, via la bibliothèque numérique Gallica. Mais la recherche dans ce fichier n'était pas toujours très aisée, car peu d'options permettaient de cibler les recherches nominatives dans ce fichier. Le site Fichier Bossu a donc indexé toutes ces fiches et permettra désormais de simplifier -- nous l'espérons -- la vie des chercheurs qui l'utilisent régulièrement...

D'autres pages & articles sur le sujet

- Mise en ligne du fichier « Bossu » au département des Manuscrits (Site de la BnF)
- "B comme Bossu (fichier)" (Gallica, le blog. 2 juin 2015)
- Une révolution dans la recherche maçonnique : le « fichier Bossu » de la BnF est depuis quelques jours consultable sur le Web


Revenir à la page d'accueil